FR | EN

Le cours des matières premières et des transports

Près de 500 kilos de cuivre sont produits dans le monde chaque seconde, soit 15,8 millions de tonnes par an. La demande et la consommation mondiale étant plus élevée, le prix du cuivre ne cesse d’augmenter, selon l’international Copper Studio, groupe de Londres, le prix devrait atteindre les 12 000 $ la tonne en 2012. La Chine représente 40% de la demande soit 45 milliard de dollars par an (chiffres de 2011).

L’EVOLUTION DU CUIVRE

cuivre pieuvre electrique france distribution électrique

Définition : Métal de couleur rougeâtre ou rouge ductile et malléable. Élément chimique de symbole Cu et de numéro atomique 29.

Origine et évolution

Le cuivre, élément chimique naturellement présent dans la croûte terrestre, est l’un des plus anciens métaux existant depuis l’antiquité, l’un des premiers utilisé par l’homme. Il était au départ employé comme objet décoratif. C’est un métal facile à travailler, utilisé dans le monde entier.

Plus tard, on constatera son utilité dans le bâtiment et bien d’autres domaines, des propriétés remarquables tel que sa conductibilité électrique et thermique, son anti corrosion, ses nombreux alliages possibles.

Alliage

L’alliage du cuivre et de l’étain qui forma le bronze fut une grande découverte et une avancée majeure dans le monde. Plus solide que les autres métaux, il était utilisé pour des objets tels que couteaux, ciseaux…

Beaucoup plus tard, on découvrit l’alliage du cuivre et du zinc pour fabriquer le laiton.

Conductibilité

On constate une utilisation massive du cuivre grâce au développement de l’électricité, en effet, le cuivre a été reconnu pour ces qualités exceptionnelles et utiles dans l’application électrique. Disposant également d’une grande conductibilité thermique, on l’utilise pour les chauffe-eaux, les chaudières, les radiateurs…

De nos jours les applications électriques représentent près de la moitié de la consommation mondiale du cuivre.

Le cuivre est le meilleur conducteur d’électricité après l’argent, son symbole : cu, densité de 8,92 kg/dm3, température de fusion : 1084°.

Le cuivre est amagnétique, cette propriété lui vaut de nombreuses applications comme l’horlogerie, la construction électrique et électronique, l’armement, l’aéronautique…

Production et négociation

Le cours du cuivre agit comme un véritable indicateur économique. Les industries qui l’utilisent y sont très sensibles. Il est le premier à réagir aux changements de conjoncture économique puisque c’est l’un des premiers métaux utilisé dans de très nombreux domaines (électrique, automobile, aéronautique, télécommunication…).

Près de 500 kilos de cuivre sont produits dans le monde chaque seconde, soit 15,8 millions de tonnes par an. La demande et la consommation mondiale étant plus élevée, le prix du cuivre ne cesse d’augmenter, selon l’international Copper Studio, groupe de Londres, le prix devrait atteindre les 12 000 $ la tonne en 2012. La Chine représente 40% de la demande soit 45 milliard de dollars par an (chiffres de 2011).

Depuis plusieurs années, les fonds des investisseurs privilégient l’industrie des hautes technologies, ce qui contribue ainsi au déséquilibre entre production et consommation du cuivre.

La spéculation, alimentée par de grandes banques anglaises ou américaines comme JP Morgan, accentue la volatilité et la hausse du cours du cuivre.

Le rythme de la consommation ne cesse d’augmenter et les stocks s’épuisent. D’après des études, il resterait 31 années de réserves de cuivre. Les réserves connues sont surtout au Chili (33%), en Indonésie et aux USA (7% chacun).

JPEG - 76 ko
Prix et évolution du cuivre sur 10 ans
(source infomine.com)

L’EVOLUTION DES COUTS DU PLASTIQUE

distribution electrique Pieuvre lelectrique france

LE PLASTIQUE A PREFABAT

Le plastique a été inventé au XXème siècle et a remplacé les matériaux traditionnels comme le bois ou le métal. Il est devenu irremplaçable et omniprésent dans notre vie industrielle.

A PREFABAT, il existe une très grande diversité de produits plastiques, essentiellement de la gaine ICTA, mais aussi des boites, des bornes, des bacs de rangement, de l’appareillage électrique, des goulottes, des tableaux, des bacs d’encastrement, des colliers de câblage, de l’emballage (film et adhésif), des étiquettes, plastification de plans…

Le conduit ICTA (Isolant Cintrable Transversalement élastique Annelé) représente une grande partie de nos achats de produits en matière plastique.

Nous consommons en moyenne 250 000 mètres de gaine ICTA par mois, tout diamètre confondu, principalement de l’ICTA 3422 et 3522.

1er chiffre Résistance à l’écrasement = 3 moyen 750N
2ème chiffre Résistance aux chocs = 4 élevé

5 très élevé

6J

20J

3ème chiffre Température mini d’utilisation et d’installation = 2 -5°C
4ème chiffre Température maxi d’utilisation et d’installation = 2 90°C

LE COURS DU PLASTIQUE

LA MATIERE PREMIERE : LE NAPHTA

plastique pieuvre electrique france distribution électrique Les prix des matières premières correspondent à leurs cours sur le marché international de référence convertis en francs français. Le naphta ne fait pas partie de ces matières premières industrielles importées. C’est en effet un produit dérivé du pétrole, qui fait lui-même partie des produits énergétiques, de ce fait, le cours du naphta dépend pour une grande part du cours du pétrole.

LES PRODUITS INTERMEDIAIRES

Les produits en matière plastique sont des biens dits « intermédiaires ». Par biens intermédiaires, on entend des produits bruts ou semi-finis (hors produits à usages alimentaires ou énergétiques) qui font l’objet de transactions entre industries. Cette notion de biens intermédiaires regroupe approximativement des produits résultant d’une première transformation des matières premières.

Les prix de ces biens intermédiaires varient selon le cours de la matière de base qui est le naphta.

Au début des années 90, les prix dans la filière plastique ont baissé de manière concomitante et parallèle aux prix du naphta. Mais depuis 2009 le prix des matières plastiques subit une hausse persistante.

Les prix de vente des biens intermédiaires dépendent des cours des matières premières à partir desquelles ils sont produits. Les liens entre prix des matières premières importées et prix de vente des biens intermédiaires en France ont été étudiés globalement et sur trois filières : la transformation des métaux non ferreux, les matières plastiques et le papier. En ce qui concerne les matières plastiques, la matière de base, le naphta, est un distillat du pétrole. Pour cette raison, il ne figure pas dans l’indice des matières premières industrielles.

Le contexte géopolitique actuel, accentuent les hausses ininterrompues des prix des matières plastiques enregistrées depuis novembre 2009. Une situation plus que préoccupante à laquelle les industriels de l’Emballage Plastique doivent faire face.

Cette situation critique a été aggravée par de nombreuses ruptures d’approvisionnements et de « forces majeures » pour causes de pannes, de grèves et de manque de monomères du fait de la fermeture d’unités en Europe.

Ces hausses s’amplifient et s’installent depuis le début de l’année 2011 avec +12 à +32% d’augmentation selon les matériaux en moins de 6 mois et actuellement des annonces de plus de 5% chaque mois.
De plus, des écarts de prix entre les zones géographiques, au détriment des industriels européens, accentuent encore les difficultés des entreprises.

A titre d’exemple : le Polystyrène Cristal est vendu 64% plus cher en Europe qu’en Asie et 23 % de plus qu’aux USA.

JPEG - 194.3 ko
Hausses des prix des matières plastiques Europe sur un an (janvier 2010-janvier 2011) en €/Tonne
• Polystyrène (PS) : + 28% - utilisé en particulier pour le secteur des produits laitiers frais (pots) et dans la viande (barquettes).
• Polypropylène (PP) : + 32% - utilisé dans les caisses de manutention, dans les emballages agroalimentaires (bouchons, barquettes) et dans les emballages d’hygiène et de beauté (flaconnage).
• Polyéthylène Téréphtalate (PET) : + 25% - utilisé dans les boissons (bouteilles) et dans l’alimentaire (barquettes).
• Polyéthylène basse densité (PEBD) : + 35% - utilisé dans le film de palettisation notamment.
• Polyéthylène haute densité (PEHD) : + 21% - utilisé principalement dans les produits agroalimentaires, d’hygiène, lessiviels et industriels (flaconnages, bouchages, barquettes). (Les exemples d’emballages ne sont pas exhaustifs mais donnés à titre indicatif).

L’EMBALLAGE PLASTIQUE

Les professionnels de l’emballage jugent déraisonnable le coût des matières.

Face à la hausse des prix des matières, la chambre syndicale des emballages en matières plastique (CSEMP) tape du poing sur la table. Elle juge déraisonnable les coûts imposées par les producteurs. Bien que l’envolée du cours du pétrole influence directement les éléments constitutifs d’une matière plastique, le CSEMP rappelle que la situation financière des industries de l’emballage demeure délicate. En effet, des hausses de 19 à 35% des matières plastiques ont été enregistrées sur l’année 2010. Ces fortes hausses, ajoutées à celles des différentes énergies, renchérissent les coûts de fabrication des emballages plastiques et souples en Europe et grèvent la compétitivité des entreprises du secteur.


LES BIENS DE CONSOMMATION

Plus en aval, au niveau des prix à la consommation, les variations dans les cours des matières premières ne sont quasiment plus perceptibles.

Les produits industriels font l’objet de multiples transformations avant de parvenir jusqu’au consommateur final. Les matières premières ne sont qu’une des composantes du coût de production. Plus le produit consommé est en aval du processus de production, moins son prix est influencé par le cours des matières premières : celui-ci est en effet dilué parmi les coûts des autres consommations intermédiaires, celui du travail et celui du capital, ainsi que par les marges des entreprises qui interviennent entre le produit brut et le bien de consommation. Aussi, les prix à la consommation des biens manufacturés sont-ils peu sensibles aux fluctuations des cours des matières premières. Deux filières illustrent l’impact de plus en plus réduit des variations des cours des matières premières au fur et à mesure que les produits deviennent plus élaborés : la filière du plastique et la filière du papier. On l’a dit plus haut, la matière de base de la filière du plastique est le naphta, dérivé de pétroles bruts. Les industriels tiennent compte des évolutions de son cours lorsqu’ils fixent les prix des produits transformés.